Un Ironman en famille

Un Ironman en famille

Voici 15 jours, Philippe Saussus et sa fille Ophélie ont pris part à l'Ironman d'Afrique du Sud. Stéphane Mohy était également du voyage.

Voici le compte-rendu de Philippe:

Il n'y a pas de plus belle récompense et motivation pour mon 10 ème Ironman que de voir ma fille Ophélie y participer également. Pour des raisons d'incompatibilité entre les études et le calendrier des triathlons 70.3, je lui avais proposé de l inscrire à l IM d Afrique du Sud aux conditions sinequanones qu elle ne fasse que la natation et la moitié du vélo et qu elle s entraine correctement sans pour cela délaisser ses études. Vous connaissez la suite, les jeunes n'écoutent plus leurs parents et n en font qu'à leur tête. Quel mental et quelle volonté pour arriver au bout , et devenir une Ironwoman à 18 ans ! Incroyable qu'avec le peu d entrainement qu elle avait elle est arrivée au bout ! Que d'émotions à la voir pleurer de joie et de douleurs dans les derniers 100 mètres et quelle reconnaissance de la grande famille des ironman finishers par rapport à sa prestation, elle qui était arrivée en Afrique du Sud comme simple accompagnatrice/supportrice et qui en revient Ironwoman ! Excellent job Ophé. Welcome to the Ironman family!

À côté de cela mon race report n'a que peu ou pas d importance mais afin que l on arrête de me harceler à ce sujet le voici.De retour en Afrique du Sud, 2 ans après ma 1 er participation ( avortée suite à mon accident et ma fracture du trochanter 2 jours avant le 70.3 de Panama ( sans lien aucun avec les Panama papers, précision nécessaire ) ) avec Ophélie, the king of Luxembuerg, mon coéquipier Steph et Steeve et avec comme objectif (initial) d'essayer de me qualifier pour Kona. À l'analyse de mes concurrents, je savais que la tâche allait être très compliquée, avec 5 concurrents qui ont participé au championnat du monde en 2015 et 4 autres qui au vu de leurs résultats 2015 m'étaient supérieur. Mon objectif avait donc été revu à la baisse : entre la 5 ème et la 10 ème place, trop loin pour espérer une qualif ( 3 places pour Kona) .Rolling start pour la nat, suite aux conseils de mon entraineur, je me place dans les derniers du premier box "less than 1 hour", chrono in atteignable mais qui me permettra de nager sans trop de stress et commencer le vélo sans trop de bouchons. Comme toujours beaucoup d émotions au départ, je sens Ophélie stressée à côté de moi. Mon plan est de partir relativement lentement afin de ne pas être essoufflé après 200 m puis d essayer de prendre ma vitesse de croisière. Ophélie s envole dès le départ, Marc est juste à côté de moi. La mer est moins déchainée que les jours précédents mais pas facile, trop peu de bouées, j ai du mal à voir la bouée suivante à cause des vagues. Comme à ma ( mauvaise) habitude, je nage seul et "facile", me sentant bien dans l'eau. Cela ne me parait pas long. Je sors de l eau en 1h19, 25 ème position dans ma cat, ayant nagé 385 mètres de plus ! Allure 1'56/100 m, vraiment pas top en regard des progrès réalisés ( mais pas concrétisés) Transition rapide, je vois Ophélie sortir de la transition devant moi, que du bonheur ! le père dépasse sa fille dans le 1 er kilomètre. Les jambes sont bonnes, impression de voler, 45 ers km sans pousser voulant épargner mes jambes pour la course à pied. Au turning point je croise Marc, il doit avoir +- 10 minutes d avance sur moi, il a du faire une superbe natation! Au 48 ème km je croise Ophélie, incroyable elle n a perdu que 8' sur son vieux père depuis le début du vélo. Le parcours est magnifique, le long de la mer , 2 boucles, je croise Stef qui avance comme un avion ! Le soleil commence à taper et le vent se lève pour le deuxième tour qui sera beaucoup plus laborieux que le premier mais je décide de garder ma stratégie de ne pas trop pousser en vélo, la clé étant le marathon. Je re-croise Ophélie dans le deuxième tour : elle a donc décidé de ne pas s arrêter après le 1 er tour ! Je termine le vélo en 5h47 , 31 km/h de moyenne, pas top non plus mais j ai gagné 300 places au général en vélo et 7 places ds ma cat : 15 ème avant la cap. A la descente du vélo, j ai toutes les difficultés du monde pour .... marcher mais la transition se passe vite et dès le début de la cap j'ai la confirmation de mes sensations des dernières semaines : les jambes sont bonnes et tournent bien. 4 tours de 2,5 km a/r à droite de la ligne d arrivée, idem à gauche, donc on passe 2 x devant la ligne d arrivée à chaque tour. Il y a un monde fou et une ambiance folle sur le parcours ! Les km défilent vite malgré la chaleur accablante, à chaque fois que l on se croise avec Marc et Stef : give me 5 et on s encourage mutuellement. Steph me donne des tuyaux à chaque tour, bel esprit d équipe.

Chaque fois que je repasse devant le parc à vélo, je ralentis pour voir si le vélo d Ophélie est là. Après 15 km, toujours pas de vélo mais au 20 ème : yes elle a terminé le vélo, cela me fait l effet équivalent à 15 gels de caféine ! Mais je ne sais toujours pas si elle a arrêté après le vélo ou si elle a décidé de d essayer de commencer la course à pied. Je la croise enfin, elle court et n a pas l air trop marquée ! Je la croiserai encore 3 fois et chaque fois elle ne marche pas ! Malgré la chaleur je tourne comme une machine, la vitesse ne faiblit pas, cela m a l air ....facile ( c est bien la 1er fois émoticône smile )Dernier tour, 5 derniers km, un spectateur sort de la foule et me prends dans ses bras ! hey Phil ! Je reconnais Ryan qui habite Port Elisabeth et qui j avais rencontré à l IM du Brésil, come tous les spectateurs, 5 heures sous le soleil et beaucoup de bières .....Je prends congé de lui sur le champ, dernier km, dernière ligne droite, J entends Phil you are an ironman. Je passe la ligne le poing levé, en hommage à Nelson Mandéla ( the one and only Ironman : 27 ans de prison) .3h57 pour le marathon, gagné 200 places au général et 7 dans ma cat sur la cap. Je termine 8 ème dans ma catégorie en 11h13 et 316 ème sur 1800 participants ( pro inclus) en ayant enfin réaliser mon rêve : descendre sous les 4 heures en cap.

Au final il m aura manqué 12 minutes et 2 places de mieux pour la qualif pour Kona.À peine la ligne franchie, Steph me prends en charge, bel esprit d'équipe ( 2ème). Puis je vois Marc qui a fait une excellente course et qui termine 12' devant moi. Vraiment content pour lui. Il ne faut pas que je m attarde après la ligne d arrivée : Ophélie est toujours sur le parcours. Aidé par ses temps de passage que je reçois de mon épouse, je la vois passer, elle commence à avoir dur, elle est marquée, marche et me demande de marcher avec elle, mais impossible, j ai moi même du mal à marcher et coincé au milieu des spectateurs je n arrive pas à la suivre. Je marche vers un endroit où il n y a pas de spectateurs et au tour suivant je la revois, elle est très marquée, a du mal à marcher, son dos est bloqué mais elle est très lucide, je l accompagne ( de l autre coté des barrières) pendant quelques centaines de mètres en lui parlant, je sais qu elle va aller jusqu au bout, il ne lui reste que 5 km et elle se remet à courir. Je reçois un message de Steph qui la voit ( courir) à 1,5 km de l arrivée et la voilà dans la dernière ligne droite, en pleurs. Dans l euphorie elle nous entends mais ne nous voit pas ! Quel mental ! Quelle course !3 triathlètes du CCC tri au départ et 3 finishers ! Et on se classe 4 ème en interclub division 5 ( club de - de 25 membres)

Le reportage de Matélé: cliquez ici (à partir de 7')

Commentaires

Facebook
Twitter
Instagram