François Reding s'adjuge le Triathlon de Belfort!

François Reding s'adjuge le Triathlon de Belfort!

2ème l'an dernier, il décroche sa première grande victoire sur un Triathlon. Voici son compte-rendu.

La journée s'annonçait belle malgré Les prévisions orageuse, de quoi garder le moral au top malgré un petit déjeuner qui ne se passe pas comme prévu.Ne jamais se laisser déborder et rester concentrer, c'est le mot clé d'une course qui commence bien. 

Le départ natation est rapide et je me place en plein milieu du départ suite à l'analyse pointue de ma supportrice, le résultat est confortant, malgré quelques coups et des sensations moyennes les 300 premiers mètres, je ne suis pas trop distancé a la première bouée. Le mental est au top et les sensations changent, la ou je subi d'habitude, je prend plaisir a accélérer (un peu :-) ) et me sens vraiment bien dans l'eau. Chose rare, lors de la sortie à l'Australienne j'ai envie de repartir pour ce 2eme tour là où d'habitude je désire attraper mon vélo ET fuir le plan d'eau. Je sors en 90e position en 30m45, ce qui reste moyen mais plus de 3min plus rapide que l'année précédente.

Je réalise une transition rapide et enfourche mon vélo pour les 88km.Tout se passe bien jusqu'au km 20 ou un avion me dépasse, en effet Antoine Vaillant (futur 2e) sorti de l'eau 91e soit à mes cotés, pousse sa machine à 330 W de moyenne sur ces routes vallonnées de l'Alsace. Impossible de le suivre sans me griller, je réussi à me focaliser sur les points positifs. Peux être qu'il ralentira dans le Ballon, là ou j'attaque fort, la course à pied peut effacer un gros retard. Tout est mis en place dans ma tête pour me focaliser sur l'essentiel, rouler vite mais aussi courir vite. Je rejoins le pied du Ballon au km 51 en 12e position à 36,5kmh de moyenne. La partie que je préfère entamée, je pousse sur les pédales et malgré une dent de moins que l'année précédente (le manque de volume se ressent de moins en moins mais reste présent) je reprend les concurrents un à un. Je termine l'ascension à bloc et relance le plus possible dans la descente, passé 3e au sommet à presque 4min de retard je ne fléchis pas mais conserve un peu mon énergie. Fabuleux cycliste et descendeur Antoine Vaillant me prend encore 2min sur les 20 derniers km, lui ne relache pas ses efforts et prend la première place sur la partie vélo. 

Je pose la machine 3e avec 5m45 et 2m45 de retard, sans me poser des questions avec une transition éclair, je pars à pied sur un rythme de 3m45 au km, à bloc pour moi aujourd'hui, ce qui sur 20km peu faire des gros écarts, il ne reste plus qu'a maintenir le tempo. Chose peu aisée avec la chaleur et la cote assez exigeante placée sur le parcours. Je gère ma course en relachant fort dans la cote, quitte à marcher un peu, mais relancer derrière le plus vite possible sur les portions roulantes. Passage au km 6, encore 3m45 de retard, mais déjà 2min de récupérées, Ostermann, 2e dois abandonner suite à un appui sur un des nombreux pièges de ce parcours en sous bois. Dommage pour lui, le trail procure cet avantage d'être à l'aise partout, et je continue ma progression. La chaleur fais son effet sur le leader de la course, je reviens à 48secondes à la fin du 2e tour, il reste 5km et dans la cote j'ai le visuel sur la tête de course. Je la passe tout en douceur et relance derrière, je reviens d'un coup et essaye de passer vite à coté pour éviter qu'il s'accroche. Très sympa il me félicite, je lui retour le compliment pour sa démonstration à vélo et fair play, il indique au vélo ouvreur que je suis nouveau leader.

En tête je commence a cramper mais heureusement pour moi c'est bras et dos qui se paralisent, je cours raide mais je continue sur un rythme correct. A 1,5km je me retourne après le dernier ravito ou j'ai devalisé le buffet avec 3 verres d'eau pour atténuer le coup de chaleur me gagnant peu à peu et surprise Antoine se trouve juste derrière et à fier allure, je progresse pourtant toujours sous les 4min au km. Je mords sur ma chique et relance encore jusqu'à l'arrivée ou je peux enfin lever les bras. J'attends mon adversaire du jour pour le féliciter et nous discutons ensemble en récupérant de nos efforts. L'écart avec le 3e est conséquent, notre lutte nous a poussé loin dans l'effort, mais c'est aussi pour ca que le triathlon est un sport merveilleux. Je savoure cette victoire qui est la première sur cette distance et actuellement la plus belle de toutes. Merci beaucoup à mes supporters présents et ceux qui ont suivi à distance. Surtout mon amour qui a vécu l'a course comme si elle courait à ma place. Bref les courses de préparations qui se sont mal passées m'ont permis de construire ce succès et l'entraînement fini toujours par payer. Mais la saison ne fait que commencer, et j'ai hâte d'attaquer le suivant.

Commentaires

Facebook
Twitter
Instagram