Cyrian a su prendre son mal en patience

Cyrian a su prendre son mal en patience

Cyrian Eccli revient de loin. Diagnostiqué avec une péritonite en juin 2018 et affecté par les sequelles pendant près d'un an, il a désormais retrouvé une forme qui lui a permis de frôler avec la victoire sur Aubel-Thimister-Stavelot.

Vendredi dernier, il avait pris le départ de l'Aubel-Thimister-Stavelot sans réelles ambitions. L'une des courses les plus relevées du programme juniors proposait un menu copieux ; une étape à Aubel réputée dangereuse en entrée, un contre-la-montre par équipes et une étape en ligne éreintante le jour-même en guise de hors-d'œuvre, et enfin une arrivée à Stavelot jallonnée de côtes à renommée internationale (Wanne, Haute levée, Rosier) en dessert. Une pluie battante le premier jour et une floppée de chutes semblait annoncer la couleur pour Cyrian Eccli, qui fait cette année ses premiers pas dans la catégorie Juniors. "J'ai chuté après 30 km mais m'en suis heureusement sorti qu'avec des égratignures. Au fur et à mesure que l'on se rapprochait de l'arrivée, je me suis vraiment senti bien et j'ai commencé à réfléchir à la façon dont j'allais négocier l'arrivée", explique-t-il.

Cyrian avait en effet su reconnaître le dernier virage qui menait à la ligne grâce à l'un des deux passages de circuit local à Aubel. Saisissant la bonne roue, il a débordé la concurrence et mené le sprint final jusque dans les derniers mètres. Il ne sera devancé que par Ryan Cortjens (Iko-Beobank), un adepte des finals explosifs et une référence dans sa catégorie en cyclo-cross. "Quand j'ai réalisé avoir échoué de peu face à lui, j'ai mis de côté ce sentiment de frustration de terminer à la pire place possible. Je suis vraiment content d'avoir obtenu cette seconde place et d'avoir pu porter le maillot blanc. C'était pour moi inespéré", admet Cyrian.

Cela constitue en effet un accomplissement inespéré pour le Waremmien, qui il y a un peu plus d'un an de cela était encore hospitalisé pour une complication sérieuse liée à l'apendicite. "Au moment des championnats de Wallonie, j'ai ressenti une forte douleur dans le ventre. D'abord, on m'a signifié qu'il ne s'agissait de rien de bien grave. Mais il s'avère qu'une infection croissait et menaçait ma vie", explique-t-il. "Au bout du compte, je suis resté un mois et demi à l'hôpital. Les médecins m'ont averti que je ne pourrais récupérer pleinement mes moyens qu'au bout d'un an". Malgré cette mésaventure, Cyrian a maintenu le cap et les priorités, a préparé la nouvelle saison sérieusement et semble avoir retrouvé la pleine possession de ses moyens. Ne se fixant aucun objectif si ce n'est celui de tout donner, il a su prendre son mal en patience et décroché une véritable performance de référence vendredi dernier. 

L'une des raisons qui lui ont permis ce retour en force est, selon ses dires, le soutien inconditionnel de son directeur sportif Laurent Marset des ses coéquipiers. "Je me suis convaincu de revenir à cent pour cent en 2020, après une année complète de compétition. Je remercie chacun pour la patience et surtout mon entraîneur Laurent et mes coéquipiers que je considère comme des amisPour rien au monde je ne troquerais mon maillot du Crabbé Toitures-CC Chevigny pour poursuivre mon apprentissage de la course", assure Cyrian. "Ma relation avec Laurent est excellente, il était presque aussi heureux que moi de ma deuxième place vendredi. Tout le staff est aux petits soins avec nous. Au lendemain de notre belle prestation collective, nous avions reçu un équipement assorti de la tête aux pieds aux maillots distinctifs. Peu, voire aucun autre club dans le pays ne peut se targuer d'une telle attention accordée à ses jeunes", ajoute-t-il.

Commentaires

Facebook
Twitter
Instagram